PARSEF: Un engagement pour venir en aide aux filles en difficultés !

Notre contribution à la Réinsertion des Filles en Difficulté dans la Région de Niamey avec le Projet d’Appui à la Réinsertion des Filles en Difficulté (PARSEF) de la CADEV- Niamey .Elles sont au total cent (100) filles, âgées de quinze (15) à dix-huit (18) ans désœuvrées (déscolarisées et/ou non scolarisées), que le projet a récupéré et inscrit dans les centres de formations professionnelles à Niamey, au cours de ce mois de novembre.
Reparties entre les Centres de Formations aux Métiers (CFM) de l’école Diori (23 inscrites), Musée National (13 inscrites), Harobanda (20), l’école de formation professionnelle Ibadour-Rahmane (20 apprenantes) et l’Espace de formation professionnelle Gidan Gwaninta (24 apprenantes), ces filles en situation difficile ont dans leur grande majorité opté pour l’apprentissage en couture (74 bénéficiaires). Seulement deux (2) d’entre elles s’appliquent en électricité.
Un montant global de 14 millions de francs CFA a été injecté dans cette œuvre salutaire, qui pour l’achat de la matière d’œuvre, qui pour la tenue vestimentaire (uniforme), qui pour les frais de déplacement et de formation.Financé par la Caritas Danemark le projet et mis en œuvre par la CADEV-Niamey, le PARSEF a débuté ses activités en juillet 2019 et prendra fin en 2021. Il intervient dans les arrondissements communaux II et V de Niamey et travaille en synergie avec le projet PARFEM (projet d’Appui à la Résiliences des Femmes), dans les mêmes lieux d’interventions ci-dessus. Cette synergie se traduit à travers l’appui (Activités Génératrices de Revenu), aux mères des bénéficiaires de PARSEF, lesquelles se doivent de fructifier les fonds reçus pour soutenir leurs filles en formation (alimentation et autres besoins essentiels).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
4 × 18 =