La solidarité dans l’amour : Tous à l’école de Dieu qui est amour.

Dans le cadre de la 11ème édition de la Semaine Nationale de Solidarité, la Cadev-Niger a organisé le vendredi 26 novembre une conférence à l’endroit des agents de Cadev Niger, des membres du conseil d’administration et des volontaires des Comités de Solidarité et Développement CSD. Cette conférence a eu lieu simultanément à Maradi et à Niamey. Celle de Maradi a été animée par le Père Justin Séguéré vicaire générale du diocèse de Maradi et à Niamey par le Père Patrice Belém Curé de la paroisse St Joseph de Saga.

La conférence portait sur l’encyclique du Papa Benoit XVI « Deus Caritas Est (DCE) »

Dieu est Amour.

Les objectifs de cette conférence sont d’aider à mieux découvrir l’encyclique DCE ; à mieux comprendre l’enseignement de l’Eglise Catholique sur la charité (chrétienne, évangélique) et à mieux s’engager pour construire un monde de paix, d’amour, de compassion, de fraternité et de solidarité.

Dans sa présentation le père Patrice a d’abord défini ce que c’est qu’une encyclique et dans quelle condition le pape écrit une encyclique. Ensuite il a présenté cette lettre encyclique du souverain pontife benoît XVI, Aux évêques, aux prêtres et aux diacres, Aux personnes consacrées, et à tous les fidèles laïcs, Sur l’amour chrétien dans sa forme et dans son fond.

De tout cela nous pouvons retenir que l’amour de Dieu n’est ni conditionnel, ni temporaire. L’amour de Dieu est infini, insondable et incommensurable. Rien, dans tout l’univers, ne peut être comparé à l’amour de Dieu.  Et Dieu nous invite à l’aimer et aimer aussi nos proches surtout les plus vulnérables.

L’activité caritative chrétienne doit être indépendante des idéologies politiques. Elle ne doit pas faire de prosélytisme mais elle doit plutôt chercher à rencontrer le Christ par l’agapê-caritas. Sans se réduire à de l’assistance sociale, elle apporte une réponse aux nécessités immédiates dans une situation donnée : rassasier les affamés, vêtir ceux qui n’ont pas de vêtements. Mais elle va au-delà, en apportant un soutien humain aux personnes en détresse. Face à la montée du sécularisme, la foi et en particulier la prière peuvent soutenir l’action en faveur des autres, comme le montre l’exemple de Mère Teresa à Calcutta.

Les questions d’éclaircissements et les contributions des participants ainsi que les échanges en carrefour vont rythmer cette conférence et préparer la journée de solidarité proprement dite qui est fixé au 28 novembre 1re dimanche de l’Avent. Au cours de ce dimanche la quête impérée des fidèles lors des célébrations eucharistiques dans toutes les paroisses du Niger va dans le cadre de cette solidarité

L’objectif est de mobiliser des fonds pour des interventions rapides en cas de catastrophe naturelle ou provoquée.

       Conférence  Maradi

Conférence  Niamey

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 − 21 =