Atelier d’appropriation du projet d’appui d’urgence aux ménages victimes des effets de la crise alimentaire 2019 et/ou des conflits armés et du COVID-19 dans les régions de Diffa, Maradi, Tahoua et Tillabéry du Niger (EA 10 /2020)

Pour contribuer à la résilience des ménages (autochtones, déplacés internes et refugiés) victimes des effets de la crise alimentaire et/ou des conflits armés et du COVID-19 dans les régions de Diffa, Maradi, Tahoua et Tillabéry, la Caritas Développement, CADEV-Niger a sollicit­é la solidarité des Organisations Membres de Caritas Internationalis à travers un appel d’urgence (EA) qui a obtenu l’adhésion de ses partenaires habituels.

Fort de cet engagement des partenaires à financer ce projet d’urgence 2020, les responsables de la Cadev-Niger, du Conseil d’Administration et des Comité de Solidarité et Développement CSD se sont retrouvés à Birnin Konni situé à 400km de Niamey dans le Diocèse de Maradi pour l’appropriation et le lancement des activités du projet.

En ouvrant les travaux le Secrétaire Exécutif National de la Cadev-Niger a rappelé le contexte particulier que vit le monde en ce moment auquel le Niger n’échappe pas avec la pandémie du covid19 et les effets conjugués de la crise sécuritaire couplés à la mauvaise campagne agricole.

« Cette rencontre de mise à niveau doit être pour chacun l’occasion de poser des questions pour mieux comprendre et s’engager à faire une bonne restitution à la base en vue d’atteindre 100% des objectifs du EA. Tous en tant qu’acteurs nous devons travailler ensemble et beaucoup communiquer en s’adaptant à l’environnement sécuritaire très complexe de notre pays. » a conclu Mr Raymond Yoro.

En effet pour rappel, à l’instar d’autres pays de la région du Sahel, le Niger continue d’être touché par l’insécurité alimentaire chronique et la malnutrition. La sécheresse, les inondations, les conséquences de la violence transfrontalière provoquée par des groupes armés non étatiques, l’urgence COVID-19 ne font qu’aggraver la situation. Selon le plan de réponse humanitaire 2020, la population dans le besoin au Niger est estimée à 2.9 millions de personnes. Environ 400 000 personnes ont été forcées de fuir leur domicile et vivent actuellement dans des conditions de grande précarité. Le projet se voit donc dans l’urgence de contribuer aux solutions de trois types de crises différents.

Le projet bénéficiera directement au moins 25 500 personnes pendant la période de soudure et sur une durée totale de 8 mois (juin – novembre 2020, avec soumission du rapport final le 31 janvier 2021). Ci-après le détail des résultats planifiés :

2300 ménages (DIP, réfugiés et autochtones) bénéficiaires du cash transfert inconditionnel soit 16 100 personnes (en moyenne un ménage nigérien est composé de 7 personnes) ;

2 300 personnes autochtones bénéficiaires du cash transfert for work conditionnel ;

300 kits de lavage des mains pour 5 400 déplacés, accompagné de séances de sensibilisation sur l’hygiène et assainissement dans la lutte au COVID-19 ;

3 000 personnes bénéficieront de l’appui en eau potable ;

300 femmes seront bénéficiaires de 600 foyers améliorés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 ⁄ 3 =